AAC
fr | nl

Il s’agit de l’agrandissement d’une école primaire en plein centre de Bruxelles aux abords d’un quartier multiculturel attenant à la rue Masui et au quartier Nord. Géographiquement, le bâtiment est situé au point bas de la Ville, au fond de la vallée de Bruxelles. La conception du bâtiment s’est concrétisée comme une émergence du site.

Le bâtiment est bas, proche du sol, tapi dans le fond de la vallée. Il se montre comme un simple empilement de couches resserrées, proche d’une suggestion géologique.
Il s’agit d’une école. Nous n’avons pas voulu figurer l’image convenue de la ’maison’ comme l’aurait fait un enfant. Nous avons considéré que l’école était le lieu d’une construction à partir des enfants : l’éducation est essentiellement une construction, une sédimentation. Le bâtiment est simplement construit à cette image par empilement lisible de strates et par la disposition de murs épais et stables.

L’ensemble du plan, y compris la cour de récréation, est traité d’un seul jet de disposition d’un rythme simple au sol autour d’une ‘faille’ (pour reprendre le vocabulaire géologique) qui joint l’ancien bâtiment au nouveau et joue le rôle d’entrée et d’accueil.

Du point de vue philosophique, on notera que la structure de l’espace légèrement oblique qui quitte une orthogonalité trop sévère pour permettre un passage d’une orthodoxie, (jamais pertinente dans l’enseignement), à une oblicité qui ne veut rien dire qu’"aller vers de l’autre". Cette notion d’aller vers l’autre est essentielle à toute éducation et encore plus nécessaire aujourd’hui partout et encore plus particulièrement à cet endroit où sont rassemblées des progénitures d’horizons culturels différents. Nous avons donc proposé un espace architectural qui, dans sa structure, oriente vers l’autre le bien-être des enfants et de tous ceux qui y seront. Ainsi nous pensons rapprocher la structure de l’espace d’une structure de l’éducation dans une orientation vers l’autre.